Weekend en famille à Annecy

Annecy est niché en plein cœur du sillon alpin nord, entre Genève et Chambéry, au bord du lac vert formé entre les massif préalpins des Aravis et des Bauges, au pied de la montagne du Semnoz. La « perle des Alpes » offre aux visiteurs des successions de décors époustouflants, dont plusieurs promenades romantiques qui font la réputation de la vieille ville, sur les bords du lac. Le séjour en camping Annecy est en même temps l’occasion de découvrir ou de mieux connaître le patrimoine architectural et culturel de la ville, de mieux comprendre aussi l’enchevêtrement historique qui aura marqué le cœur de la plus grande ville de la Haute-Savoie.

Arpenter les ruelles et les promenades de la vieille ville

Le séjour en camping Annecy est par exemple l’occasion de découvrir d’anciennes maisons sur arcades, reconnaissables à leurs façades colorées d’ocre ou de terre sienne, qui se dressent en bordure de ruelles pavées (Perrière, de l’Ile, Sainte-Claire…) Les visiteurs ont également la chance de découvrir la porte Sainte-Claire, reconnaissable notamment à ses gonds et mâchicoulis d’origine. La découverte se poursuit en arpentant le chemin des remparts ou de la côte Nemours, qui mène jusqu’au musée-château et sa majestueuse cour d’honneur.

Beaucoup se laissent subjuguer par cet édifice, notamment de par sa taille imposante. Le château est d’autant plus impressionnant qu’il domine les toits de la ville et surplombe le lac. C’est en même temps un témoin privilégié de la période princière pour la capitale du Genevois-savoyard, au cours de laquelle le pouvoir était aux mains des comtes de Genève, de la maison de Savoie puis des ducs de Genevois-Nemours.

Les bâtiments religieux du Vieil Annecy

L’église Saint-François fait partie des édifices qui attirent le plus de touristes, de même que l’église Saint-Maurice ou encore la cathédrale Saint-Pierre. La « religiosité » d’Annecy – qui lui vaut d’être appelé la « Rome des Alpes » – ne tient pas seulement à la présence de ces bâtiments religieux, mais aussi aux empreintes historiques laissées par le christianisme en Haute-Savoie. Ainsi François de Sales, alors évêque de Genève, choisit-il Annecy comme siège épiscopal en 1602. C’est aussi à au début du 17ème siècle que l’ordre de la Visitation voit le jour, de même que l’académie Florimontane, qui deviendra plus tard l’Académie française.

Pourquoi Annecy est appelé la « Venise des Alpes »

La réponse se trouve, encore une fois, dans le cœur de la vieille ville, où prédomine notamment un style architectural néo-classique. La « Venise savoyarde » arbore en outre des influences du Piémont-Sardaigne, sans oublier les canaux aux vannes du Thiou et du Vassé. De nombreuses bâtisses historiques peuvent être visitées dans l’Est de la ville, à l’image du Palais de l’Ile. Mais on peut très bien se contenter de les admirer depuis l’un des ponts de pierre qui enjambent les canaux.

L’Est d’Annecy

Le pont des Amours est emblématique de cette partie de la ville. Cette infrastructure qui enjambe le canal de Vassé permet de rejoindre facilement l’esplanade du Pâquier. La place fait office de théâtre d’eau aux pyrotechnies enchanteresses à l’occasion de la Fête du lac. La promenade peut se poursuivre vers le parc de l’Impérial et son hôtel « Belle Epoque », et même jusqu’à la verdoyante baie d’Annecy-le-Vieux, au pied de la colline, d’où l’on peut profiter d’une vue paradisiaque sur les Dents de Lanfon, le Trélod et l’Arcalod, au sud. La baie s’apprécie surtout pour la beauté de ses plages, la profondeur de ses eaux, sans compter un ensoleillement prolongé….

Une ville vivante

Depuis les abords d’Annecy, les visiteurs peuvent facilement rejoindre de nombreuses balades à pied ou à vélo, notamment via la piste cyclable de la rive ouest du lac, en direct de Sévrier, Saint-Jorioz ou Duingt. La première ville de Haute-Savoie s’apprécie également pour ses multiples plages, ses festivals musicaux ou les événements culturels qui y ont lieu tout au long de l’année.

Cette destination séduit d’autant plus qu’elle se trouve à une demi-heure de Semnoz, la station de ski la plus proche, et à deux heures de la plus éloignée, Châtel. La ville est par ailleurs à trois quarts d’heure de Genève et à une heure et demie d’Italie.

Dans la même thématique